Synthèse des contributions sur les encyclopédies en ligne

Portrait de Tris
Document de travail

Le dernier débat portait sur les encyclopédies en ligne .Dans ce cadre, il a été demandé aux internautes si les encyclopédies en ligne avaient modifié leurs rapports au savoir et à la connaissance, si le mode participatif constituait un frein ou un accélérateur à la diffusion des savoirs et si les encyclopédies en ligne avaient remplacé les encyclopédies papiers.  
Le sujet a réuni 15 participants, 36 contributions et reste ouvert.

1 |    Les constats

•    Une connaissance plus accessible : Oui, la connaissance est plus accessible. Un simple moteur de recherche ou un simple ctrl+F sur une page web permet de retrouver bien plus aisément la connaissance. De plus, l'avantage des contenus en ligne (contenu en général), c'est la facilité de trouver des contenus liés. Kerrubin, le 01/02/2012

•    Une première recherche permettant de baliser le sujet : Personnellement, et malgré leur manque de précision, les encyclopédies en ligne ont effectivement remplacé les encyclopédies papiers. Mais je sais parfaitement (et il va falloir que j'éduque ma fille dans ce sens) que ce qui y est écrit n'est pas "complètement vrai", sujet à caution etc. Par contre, on peut en général compléter/corroborer les informations si on nécessite plus de précision avec d'autres sites "pointus". TheSFReader, le 01/02/2012

•    Malgré l’existence d’autres encyclopédies, Wikipédia semble rester le favori des internautes :   Déjà, Wikipédia domine les autres en terme de volume : 34.500 articles, 7200 auteurs pour Universalis, 1.207.882 articles pour le Wikipédia français. Je n'ai pas trouvé pour le Larousse. Je trouve aussi les articles Universalis/Larousse moins complet que Wikipédia, parfois moins pertinent ou moins aisé de naviguer au sein d'un même sujet. Ce que j'aime bien, par exemple, c'est le système de portail de Wikipédia. Et puis, quand on fait une recherche dans un moteur de recherche, le résultat pointe bien plus souvent sur Wikipédia que sur les autres, aussi un facteur très important. Et oui, le système ouvert est mieux, à mon sens, plus de points de vue, etc. Kerrubin, le 01/02/2012

•    Tout le monde peut participer : Cela permet d'avoir énormément d'intervenants et donc d'aller plus en profondeur sur des sujets parfois pointus, avec des sujets traduits dans plusieurs langues. Kerrubin, le 01/02/2012

•    Mais l’existence d’un système de modération est nécessaire : Les deux, tout dépend comment l'encyclopédie est gérée. Dans l'exemple de Wikipédia, au début (passez-moi l'expression) c'était un gros b*** […] Sans modération de la communauté, sans discussion, c'est un frein. Kerrubin, le 01/02/2012

•    Un remplacement des encyclopédies papiers par les encyclopédies en ligne pour des raisons d’aménagement de l’espace : J'ai pas de place dans mon appart pour une encyclopédie au format papier. Kerrubin, le 01/02/2012

2 |    Les préconisations

•    La question de la neutralité : Une démarche encyclopédique se doit-elle d'être neutre ? Wikipédia se bâtit sur un principe de neutralité brandi comme un credo. ce principe est louable, Mais si on se plonge dans ses détails, il est assez limité et laisse de grandes libertés dans la manière d'aborder les sujets, tout en posant problème dans le traitement de certains articles. Le principe de neutralité Wikipédien est plus un principe de référencement des points de vue avancés que de réelle neutralité. Dwarf_Power, le 01/02/2012

•    La question des déclinaisons thématiques : Tout de même un truc sur lequel les "encyclopédies" participatives sont en retrait ou ont des manques : les déclinaisons "thématiques" : effectivement une encyclopédie généraliste, mais pas de version pour enfant, ado ou de référence médicale par exemple. C'est sans doute là-dessus que les éditeurs peuvent apporter (et monétiser) leur valeur ajoutée. The SFReader, le 01/02/2012

3 |    Le bilan

Si les encyclopédies en ligne sont entrées dans les mœurs des internautes, force est de constater que Wikipédia est en tête autant pour des questions de volume, d’ergonomie, de pertinence que de référencement dans les moteurs de recherche.
Les internautes semblent néanmoins être en attente de déclinaisons thématiques, de modèle adapté au jeune public ou à orientation scientifique.

 

Crédit Photo : MASTERFILE/OJO IMAGES / Martin Barraud