Internet et sociétés

Internet et sociétés

Ce Lab observe l’internet dans sa dimension philosophique. Face à l’immédiateté qui caractérise souvent le débat autour de l’Internet, il prend le temps d’une réflexion approfondie et globale sur les principes fondamentaux des sociétés et la conséquence de l’expansion de l’Internet sur ces principes.

Libre de toute contrainte de calendrier, il s’intéresse à la place de la création, de la propriété et de la liberté dans le monde du numérique et des flux du 21ème siècle.

Programme de travail Lab Internet et sociétés

Document de travail

L'antinomie de la raison numérique

Les pratiques numériques sont de nos jours perçues comme des activités libératrices des talents aussi bien que des savoirs. Du fait de sa disponibilité, le monde de l'Internet offrirait d'infinies occasions d'apprendre, d'échanger, de créer, etc. Avec les technologies de l'information et de la communication, un monde nouveau se serait ouvert à une humanité elle-même nouvelle, et constituerait désormais un défi majeur pour des cultures et des idéologies entrelacées et jusqu'alors étrangères les unes aux autres – le défi d'un cosmopolitisme pacifié et technologiquement assumé par notre modernité.

Mais, dans le même temps, il faut remarquer l'importance grandissante des pratiques numériques caractérisées – à tort ou à raison – comme illicites ou illégitimes. Les biens culturels et les œuvres de l'esprit sont perçus comme menacés par un nombre croissant de téléchargements ayant lieu en dehors de tout contrôle et de toute rémunération des auteurs, des ayants droits, des entreprises productrices de ces biens. Dans le même temps, la neutralité du réseau, conjuguée à la multiplicité, la contradiction et la neutralisation réciproque de réglementations déterritorialisées encourage tous les opportunismes commerciaux et idéologiques – haine, bêtise, obscénité. C'est donc comme si, en créant des espaces nouveaux pour le développement des cultures, l'Internet devait saper les fondations mêmes sur lesquelles devrait s'élever l'édifice futur d'une culture authentiquement cosmopolitique.

Comment comprendre cette tension constitutive de l'Internet et quelle issue est-il permis d'en espérer ?

Paul MATHIAS

Expert Pilote

Paul MATHIAS est Inspecteur général de l'éducation nationale. Il a entrepris ses recherches autour des questions philosophiques suscitées par l'émergence de l'Internet au milieu des années 90 et a, depuis, publié La Cité Internet (Presses de Sciences-Po, 1997), Des Libertés numériques (Presses Universitaires de France, 2008) ou Qu'est-ce que l'Internet ? (Vrin, 2009). Il est également membre fondateur de l'équipe « Réseaux, savoirs et territoires » (ENS-Ulm) et a, dans ce cadre, contribué à l'organisation des colloques sur « Comprendre les usages de l’Internet » (Paris, décembre 1999) et « Mesures de l’Internet » (Nice, mai 2003, en conjonction avec l'INRIA). Directeur de programme au Collège international de philosophie entre 2004 et 2010, Paul MATHIAS y a conduit un séminaire consacré aux problématiques philosophiques de l'Internet. Parmi les travaux de cette période, on retiendra l'organisation d'un colloque en janvier 2006, « L’Internet : Espace public et enjeux de connaissance », et la direction éditoriale du numéro 55 de la revue Rue Descartes, intitulé « Philosophies entoilées ».

Parallèlement, à titre de membre du Comité scientifique, il a participé aux travaux de « Vox Internet », groupe de recherche de la Maison des Sciences de l'Homme (MSH), dont les activités ont fait l'objet d'un soutien de l'Agence Nationale pour la Recherche (ANR).

Récemment, Paul MATHIAS a contribué à la rédaction du rapport de l'Inspection générale intitulé « Le manuel scolaire à l'heure du numérique : une “ nouvelle donne ” de la politique des ressources pour l’enseignement », et il co-anime désormais la cellule TIC des inspections générales.