Les évolutions possibles du site PUR

61 réponses [Dernière contribution]
Portrait de Tris
Posts: 312

Le site PUR  a été créé afin de permettre aux internautes de se repérer dans les différentes offres de contenus culturels numériques labellisées.
Quelles améliorations proposeriez-vous pour le site PUR ? Comment doit-il évoluer ? Quels sont les éléments qui feraient du site un référent ?

Crédit Photo : Masterfile (Corp) / Johnér (Bildbyrå) / Plattform

Portrait de Sariel
Posts: 28

Si le but c'est d'en faire un site référent... l'ultime intérêt de la chose serait de faire un moteur de recherche qui à partir d'une oeuvre renvoie la liste des sites labellisés qui la propose/comment/à quel coût (mais ça supposerait un gros boulot d'interfaçage avec tout ce p'tit monde et ça prendrait pas 5 minutes).

 

 

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Oui, mais sans oublier de les positionner dans un ordre aléatoire : pas question d'en favoriser l'un plutôt que l'autre. 

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

A part un re-branding (nom du label, logo etc.) (voir sujets précédemment ouverts), concernant le site en lui-même :

  • Au minimum, en plus du filtre par catégorie d'oeuvres, une indexation par ordre alphabétique.
  • Un moteur de recherche qui à partir d'un nom (ou d'une URL genre www.fnac.com ) retourne la liste des sites labellisés correspondants.
  • Un tri possible, par date d'ajout, et au minimum par ordre alphabétique.
  • Sur les fiches techniques (et pourquoi pas sur le résumé, au dessus de Catalogue), en en-tête, la/les catégories d'oeuvres labélisées. 

 

Sinon, en tant que (bon ?) père de famille, j'aimerais un plugin pour mon navigateur (mais il y en a pleins) qui me permettrait de dire à ma fille : "si je veux être sur que c'est légal, je vérifie que la petite icone "label" est verte. Si je cherche un film, je clique sur la petite icone film et il m'envoie sur une liste des sites labellisés (dans un ordre aléatoire) pour des films (avec une possibilité d'e fixer moi-même des sites préférentiels/prioritaires)".

 

Bref, donner un moyen d'accéder aux infos, sans aller sur le site du label.

 

Je continue à cogiter... Suite au prochain épisode.

 

Portrait de Lucien de Baixo
Posts: 11

Bonjour à tous,

Sur le site et je suis assez d'accord avec Sariel, plutôt que d'avoir comme clé d'entrée les portails labélisés, il vaudrait mieux commencer par les styles d'offres VOD, service replay, musique en streaming à l'achat, etc. et après qui renvoient vers les plateformes appropriées.

Après, et c'est un peu un autre débat, d'un point de vu à la fois d'ancien publicitaire et personnel, je ne suis pas très fan du nom PUR. je ne trouve pas la connotation très approprié. Et si je suis bien tenté pour faire labéliser The Musical Diary par la Hadopi, la dénomination me rebutte un peu. je ne crois d'ailleurs pas être le seul, vu certaines discussions que j'ai pu avoir avec certains labélisés ou souhaitant le devenir.

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Oui, bonne idée concernant le/les types d'offre proposé. Idéalement, il serait intéressant d'afficher /filtrer si des DRMs sont utilisés, si oui lesquels

le format des fichiers si téléchargements 

l'ouverture/la compatibilité avec les différents systèmes (PC, Mac, ITruc, Androïd, autre),

 

Sinon, tout à fait d'accord avec vous sur le nom (et le logo) du label 

Il y a déjà eu des discussions sur le sujet  ( http://labs.hadopi.fr/forum/debats-publics/hadopi-la-com-et-les-internautes#comment-1253 et http://labs.hadopi.fr/forum/debats-publics/quest-ce-qui-cloche-avec-le-label-pur par exemple ) , mais je pense qu'une ou plusieurs voix de plus ne feront pas de mal.

 

Resterait à proposer/brainstormer des alternatives à ce PUR que je trouve assez puant.

Portrait de Sariel
Posts: 28

Pour que le pékin lambda adhère et accorde un quelconque crédit au label, pas 36 solutions : lui donner facilement ce qu'il cherche. D'où l'idée du moteur.

Ce qu'est le label pur/pourquoi/comment. Pas sûr que ça intéresse grand monde. Donc la logique de com' serait d'abord d'appâter le challand et lui montrer ce qu'il peut avoir, et ensuite seulement on a une chance de lui distiller le message qu'on peut faire passer via ce label.

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Autres axes : les ressources n'ont RIEN à faire avant les explications sur le label. (Voir même il faudrait les bruler, mais je l'ai déjà assez dit).

 

Label PUR devrait être scindé en au moins deux approches : vis-à-vis du public, et vis-à-vis des plateformes.

 

La première très orientée pédagogie devrait permettre d'expliquer l'intérêt pour le public de s'intéresser au label, tant d'un point de vue légal, que moral. Elle devrait cependant dire que le label n'est qu'un indicateur (certes fort) permettant de présumer de la légalité du site.

 

(Je suppose qu'on pourrait aussi supposer qu'un juge constatant qu'un achat de contrefaçon aura été effectué sur un site labellisé pourra considérer la bonne fois de l'acquéreur avec un peu plus de poids).

 

La seconde, destinée aux plateformes devant alors "faire la pub" du label. En plus des aspects purement légaux et moraux, je pense qu'il serait de l'intérêt du label de trouver des motivations (en terme de trafic par exemple) supplémentaires pour la plateforme. 

 

Si ressources il doit y avoir, elles devraient proposer autre chose que les supports de com. télé/affichages, par exemple des choses plus individuelles : des badges à imprimer, des cartes de visites, des liens (par exemple QRCodes) etc. bref, des ressources réutilisables/exploitables sur les sites web, des plateformes, mais aussi des bloggeurs, des artistes, des producteurs etc.

 

Et TOUTES elles devraient porter le message non pas responsable, mais moral/éthique/autre...

Et surtout pas pointer vers l'Hadopi, qui a elle aussi, à tort (un peu) ou à raison (plus ?), mauvaise réputation auprès du coeur de cible du label.

Portrait de Lucien de Baixo
Posts: 11

Je suis du même avis, scinder la partie pro et la partie grand public me parait nécessaire. Avoir les deux dans le même site empêche d'être clair pour ces deux cibles, surtout pour le grand public.

Portrait de Lucien de Baixo
Posts: 11

Si l'on considère que l'évolution du nom du label PUR et du site comme un seul et même problème, il me semble qu'il faudrait que le nouveau nom reflète la nouvelle orientation du site. Sur le nom on peut toujours faire une pirouette genre SUR pour Site à Usage Responsable (c'est mauvais mais juste à titre d'exemple) mais on perdrait en impact de communication. Un changement de nom et une évolution conjointe pourrait être une très bonne occasion de d'augmenter la notoriété de l'HADOPI et du label ainsi qu'améliorer l'image. Après il m'est difficile d'aller plus avant sans avoir un minimum d'info sur la cible, le marché, les moyens, etc.

Portrait de Tris
Posts: 312

- un moteur de recherche avec des infos sur les contenus (DRM notamment)

- un changement de nom

- une partie pro et une partie grand public

- une extension pour un navigateur Web

Quoi d'autre ?

Merci pour vos idées :)

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Changement de nom ? C'est un peu trop résumé : pour moi il ne s'agit pas d'un changement de nom, mais d'un changement de stratégie. De ce changement de stratégie devrait découler un nouvel ensemble d'actions, parmi lesquelles le changement de nom.

 

Mais ce changement de stratégie est bien plus ample que le sujet du jour "le site PUR", c'est pourquoi je ne l'ai abordé que superficiellement. Et de ce point de vue superficiel, OUI, changer de nom est impératif.

 

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

une extension pour "LES" navigateurs Web, mais le mien prioritairement bien entendu :P

Portrait de dwarf_power
Posts: 112

Je virerais carrément la partie utilisateurs pour créer un vrai label.

Je m'explique Le rôle d'hadopi n'est certainement pas d'heberger du contenu, de fournir un site d'indexation. En plus de ne pas être sa mission, cela rentrerai en concurrence avec des sites don c'est l'activité/le business.

 

Par contre PUR peu agir sur plusieurs point en lien direct avec le conventionnement lié à l'obtention du label, la fixation d'un cahier des charges.

faire peser sur les plateforme l'obligation de fournir un certain nombre d'information sous forme standardisée ( à la fiche standardisée arcep ) : formats utilisés condition contractuelle, restricion d'usage ( drm entre autre) tarification... etc.

 

De plus ajouter dans ce cahier des charge la fourniture d'un service de déclaration de catalogue,sous format libre afin de permettre aux plateforme d'indexation de cataloguer tous cela et d'offrir des vrais moteur de recherche, et uen plus value pour les utilisateurs et les sites.

 

Derrière au lieu de faire la promo des sites ou des contenus, pur devrait se concentrer sur la promo du label et des standards définis pour qu'ils soient utilisés.

 

 

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Là, je ne suis pas (entièrement) d'accord avec toi : Ce Label est (ou plutot devrait -être), à mon sens, la partie pédagogique de l'Hadopi. Et vers qui cette pédagogie ? Vers les "consommateurs" (dieu que je hais cette expression). 

 

Le label devrait être un moyen par lequel augmenter la visibilité, la cohérence et au final  la perception de l'offre légale. Bien sûr, le genre de travaux que tu proposes est intéressante, mais elle doit constituer un travail de fond auprès des "producteurs" et intermédiaires. Que cette partie moins visible de l'Iceberg puisse être également améliorée via un label est également une bonne idée, mais c'est alors un autre label dont il devrait s'agir.

 

Le Label "PUR" étant alors concentré sur l'aspect "légalité" et pédagogie de l'offre légale, de sa mise en valeur.

Un second label "Qualité" (genre label rouge ;-) ) correspondant plus à ton approche, garantirait la "qualité" technique des éléments commercialisés.

 

Je comprends l'approche que tu en as, mais elle me semble trop indirecte pour constituer "le fer de lance" de l'axe pédagogique.

Portrait de dwarf_power
Posts: 112

Il est vrai que je ne suis à la base pas convaincu de l'approche pédagogique par sticker sur les sites. Le site pur a une notoriété qui frise le rien du tout.J'ai cherché si le logo apparait sur les site labélisés, pour le trouver il faut vraiment chercher, donc de ce côté là, je pense aussi que l'utilité est nulle.

 

La meilleur promo à faire à l'offre commerciel, c'est sa qualité, sa complétude et sa visibilité. Quels sont les biais d'action sur ces trois points que peut avoir un mécanisme de labélisation ? Vu l'absence de notoriété positive, le plus simple c'est d'apporter une plus value. Il me semble que les moyens que j'ai avancé sont les plus neutres ( hadopi et pur ont surtout une notoriété négative, donc autant qu'ils restent invisible au public ) et ceux qui offre un levier permettant de faire avec la faiblesse du temps et des moyens disponibles.

 

In fine ce qui compte s'est trouver facilement ce qu'on cherche en terme de contenu et de contraintes techniques. 

Aujourd'hui encore il est très difficile de savoir si un fichier que tu achete est DRMisé ou pas. Le conventionnement PUR peut changer cela

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Concernant la notoriété, on dirait que s'il a une notoriété, celle-ci est dans le négatif (merci Emma Leprince). C'est justement pour ça que je mentionne dans un commentaire précédent un changement de stratégie.

Oui, un "label" serait intéressant. Une possibilité alternative serait de "souffler" l'idée de dossiers sur ces sujets aux associations de consommateurs. 

Portrait de eric.walter
Posts: 33

Merci de vos remarques et réflexions intéressantes. Deux commentaires :

1/ Ne pas faire de cas particulier des généralités. Le "rejet" du terme "PUR" existe bel et bien mais il n'est pas forcément aussi général que vous semblez souvent le penser. Plusieurs indicateurs nous conduisent même à penser le contraire, à commencer par le retour de la plupart des plateformes (la plupart étant par nature =/= de la totalité bien entendu).

2/ Le label est encadré par la Loi et la réglementation, il faut donc nécessairement le penser en fonction de ce cadre (les liens renvoient vers les textes en question).

@dwarf_power sur le "rôle" je comprends votre point, mais il n'en reste pas moins que nous avons (même source d'article de Loi) la mission légale de mettre à disposition du public un "portail" des offres légales. C'est une dimension qui fait également partie des paramètres de la question soulevée.

Vu de chez nous, avec presque 50 sites désormais, la "communauté" labellisée présente un fort potentiel. L'un des intérêts de ce fil de discussion est de réfléchir autour du "que faire" de ce potentiel.

 

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

 

Merci de vous joindre à nous ;)

 

De votre 1), je ne reprendrais qu'une chose : effectivement, il est facile de projetter notre opinion personnelle sur "la majorité" et il est possible que nous soyons tombés dans cet écueil. Pour autant, la "cible" de ce "service de communication au public en ligne un label permettant aux usagers de ce service d'identifier clairement le caractère légal de ces offres" est bien le public, et non pas les plateformes. 

 

A partir de là, je pense qu'en tant qu'usager, mon poids est censé être plus représentatif que celui des plateformes.

 

De toute façon, sauf à commander un sondage (et je pense que l'argent serait mieux investi à implémenter les modifications suggérées au dessus), c'est le "pifomètre"  qui semble l'instrument le plus précis, et il semblerait que le mien n'ait pas été calibrés de manière identique au votre. ;-)

 

Enfin, vous avez raison, il convient de faire quelque chose de ce "potentiel", et c'est dans ce but que j'ai essayé de garder mes remarques constructives (pas dit que j'ai réussi).

Portrait de Lucien de Baixo
Posts: 11

Je pense qu'avant tout, un label est un élément de communication, il est là pour faire passer un message généralement en terme d'image. La première chose à définir avant toutes choses, est donc quelle stratégie de communication sur quel est le message et à qui s'adresse t-il. Il convient aussi de savoir comment les labélisés intègrent PUR dans leur communication sur leur image et l'importance stratégique qui leur donne. C'est un peu synthétisé, mais pour tirer du maximum du label PUR, je pense qu'il faut en passer par là.

Portrait de Tris
Posts: 312

Pour toi, quel est le public ? A qui s'adresse pur.fr ?

 

Portrait de Lucien de Baixo
Posts: 11

Au feeling comme ça, et attention je vais sortir un grand classique: la ménagère de moins de 50 ans. En gros c'est une cible, non geek, mais dont l'ordinateur (desktop, tablet, smartphone, etc.) a pris une place centrale dans le foyer.

Après le coeur de cible ne doit pas être tout à fait la même en fonction du type de contenu. Pour la musique, je pense que la cible est plus jeune, peut-être plus féminine, mais encore une fois, je dis ça au feeling, faudrait voir à partir d'études. Pour la vidéo, je dirais plutôt des couples CSP+.

Je pense que le défi étant que le grand public trouve d'abord lors de ses recherches sur le net, une offre légale et en soit satisfait à la fois en terme de qualité et prix. La communication vers les geeks et les partisants du "la culture c'est gratuit" c'est une cible minoritaire et qui ne se fera pas convaincre par une campagne de comm. D'ailleurs faut-il vraiment essayer de les convaincre, je ne crois pas.

Mais bon tout, ça c'est en gros, faut étudier un peu les chiffres pour savoir vraiment si on tire juste ou pas.

 

Portrait de Tris
Posts: 312

Qu'est qui lui plaît à la ménagère de moins de 50 ans ? :)

Portrait de Lucien de Baixo
Posts: 11

Desperate Housewives :D

En fait pour de vrai, c'est une cible un peu trop fourtou, elle n'est vraiment valable que pour les produits vendus en GMS, et encore. C'est juste un raccourci pour dire qu'il ne s'agit pas d'une cible pointue.

De toute façon, quand tu définis une cible, en fait tu définis d'abord le coeur de cible (là où la campagne aura le plus d'effet), la cible secondaire, et puis après les cibles élargies.

Portrait de dwarf_power
Posts: 112

Effectivement le cadre réglementaire est très dirigiste et laisse assez peu de latitude, du moins pour ce qu il exige.

Avez vous cependant la possibilité d aller plus loin que ce qu il prévoit. J ai découvert avec effarement que le label n était pas encadre par un conventionnement. Pouvez vous cependant, dans le cadre réglementaire actuel aller plus loin et prévoir la mise en place d un CDC que devrait suivre les titulaires du label ?

D autre part, l hadopi, qui doit veiller à la mise en place d un référencement doit elle le faire ele même, ou peut elle en respectant les dispositions réglementaires et légales mettre en place le cadre dans lesquels des tiers créent ce référenciel ?

Portrait de eric.walter
Posts: 33

@SF : vous avez raison sur les variations de "pifomètres", mais en fait ce n'est pas très important. Je pense surtout qu'il est plus utile de travailler sur les fonctions que sur la dénomination, qui est + ou - appréciée selon chacun. De ce point de vue vos remarques antérieures sont en effet constructives.

@Lucien : oui, mais plus facile à énoncer qu'à formaliser ... ;)

@dwarf : [mode troll on] vous avez posté d'un smartphone ? [mode troll off] Aller plus loin n'est pas exclu tant que ça reste "dans le cadre" de l'intention générale du législateur telle qu'on peut la comprendre de la lecture de la Loi et des travaux parlementaires. Même réponse pour le référencement, on peut imaginer satisfaire la mission en créant le cadre. C'est le sens que l'on essaye de poursuivre en tout cas.

Portrait de Lucien de Baixo
Posts: 11

Disons que c'est un métier ;) Et quand il est bien fait la différence sur la communication est flagrante!

Portrait de Tris
Posts: 312

Qu'est qu'il faut pour qu'il soit bien fait ? :)

Portrait de Lucien de Baixo
Posts: 11

Sans vouloir faire mon prétentieux, et bien, il faut d'abord une bonne expérience dans la communication, un sens aigu de la stratégie. C'est un peu dur de résumer ça en un post, mais en gros, c'est le travail que fond les agences de communication, notamment les plus grosses comme Publicis, EuroRSCG, DBB, CLM BBDO, etc.

Mais j'en parle avec Marion lundi midi.

Oreo (non vérifié)
Portrait de Oreo

Pour ma part j'associe "PUR" à l'environnement (voir à l'eau), voir la diététique. C'est sans oublier l'expression derrière..ces "usages responsables : cela m'évoque encore une fois l'environnement, type promotion du tri selectif (pour être précis). Ce n'est là qu'une simple perception subjective de votre label... mais, qu'un seul utilisateur potentiel puisse penser ça, cela m'inquiéterait si j'étais HADOPI. (je passe la campagne publicitaire, d'une médiocrité absolue. HADOPI a choisi la facilité sur ce point plutôt que de chercher à élever le débat et se placer "au-dessus").

Faire une indexation / portail des plateformes c'est une chose, mais cela implique de devoir rechercher ensuite ce que l'on cherche en détail, et éventuellement passer un temps non négligeable sur des dizaines de sites pour trouver ce que l'on recherche... La grande clé du succès de site comme megaupload ou autre tracker P2P?  la centralisation de l'accès aux oeuvres sur un site web.

La seule alternative que j'imagine : passer par des sites proposant des qualités d'agrégateurs, moteurs de recherches et de comparateurs, renvoyant directement aux sites disposant de la chose, sans compter que la rareté créant la valeur est bien appliquée par les industriels de la culture qui mettent tout en oeuvre pour baser leur stratégie numérique sur l'exclusivité (c'est de bonne guerre...). 

Ensuite, "La meilleur promo à faire à l'offre commercial, c'est sa qualité, sa complétude et sa visibilité." Une expression qui résume bien la situation.

 

 

Portrait de kerrubin
Posts: 84

Bon, j'avoue, pas tout lu (je me rattrappe dès que possible), mais quelques idées orientées technique pour avoir plus de visibilité.

Dans un premier temps, que le site PUR expose des webservices :

 

1. Permet de récupérer par type (musique, vidéo...) la liste des sites labélisés, avec les mêmes informations que sur les pages dédiées

But : permettre à des sites/applications tierces d'interroger les services PUR.

Note : plus il y aura des données accessibles, plus les gens pourront les exploiter. C'est un peu le principe de l'open data : que les gens s'approprie les informations pour les utiliser, les triturer et que chacun ajoute de la valeur aux données brutes.

 

2. Que les partenaires s'engagent à fournir des webservices permettant la recherche directement depuis le site PUR (et éventuellement accessible en rebond ou en direct).

But : sur le site de PUR, on cherche un titre/film/... et on a directement les sites partenaires qui l'ont dans le catalogue avec un lien direct.

Du genre : titre, année de production... (s'inspirer des cartouches de présentation wikipédia, par exemple : Titanic, Light Me UpL'Apprenti assassin, etc.), prix, DRM (oui/non, type)...

 

3. Après, que le site ai une vie en lui-même (marketing, communication...). Il n'est pas moche, mais pourquoi un internaute viendrait dessus ?

But : créer de la vie, pas seulement un annuaire statique.

 

4. Sur les pages descriptives des sites, voir avec les partenaires pour qu'ils puissent afficher des informations. Par exemple faire la promo de telle ou telle chose depuis PUR.  Du style une petite iframe qui pointent vers chez eux ou un truc via RSS qui permet d'afficher les X dernières news ou assimilables.

But : permettre aux partenaires d'administrer de leur coté leru communication sur le site PUR (plus direct, plus contrôlé, etc.).

 

5. Que chaque page de contenu (description du partenaire) soit plus customisable par ce dernier. Actuellement, ils ont la même tête, c'est plus poussé que le point 4 (et plus complexe dans la mise en oeuvre).

But : que les partenaires s'investissent un peu dans le label PUR.

 

6. S'acheter des vrais publicitaires...faire des pubs amusantes, pas caricaturales comme la campagne précédente (elle, elle a fait du mal...).

 

Avec tout ça, il y aurait de la vie sur le site, les gens pourraient aller dessus pour découvrir des choses et aller visiter les sites partenaires. Au lieu d'aller sur google et de taper les mots clefs qui vont mener à un site potentiellement illégal (parfois sans même le savoir), avoir les outils pour contrôler la recherche.

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Elles sont bien tes idées !

1) Oui sur l'open-Data et les WS !

3) Oui, et ça veut dire une politique éditoriale, (donc chère), mais attention à ne pas dépasser les limites de la neutralité !

4) 5) bonne idée aussi, mais à condition de garantir l'équité des partenaires. Et l'avantage des pages "fixes" c'est que contrairement à un contenu modifiable, elles ne favorisent pas les plus "aisés", qui eux peuvent payer de l'éditorial.

6) OUI !

 

 

Portrait de kerrubin
Posts: 84

C'est pour ça qu'il faut limiter le nombre de données modifiables et le plus possible s'inscrire dans la politique éditoriale des partenaires.

S'ils font des news, ils sont à priori capables de les mettre au format RSS. Avec un lecteur de flux RSS directement depuis le site PUR, ça met les X derniers items et pam, peu d'efforts, beaucoup d'effets ;)

Portrait de Lucien de Baixo
Posts: 11

+100000 pour la 6/ (et les autres me plaisent aussi)

Portrait de Lucien de Baixo
Posts: 11

+100000 pour la 6/ (et les autres me plaisent aussi)

Portrait de kerrubin
Posts: 84

Portrait de eric.walter
Posts: 33

Si cet espace devait permettre la construction collective des grands axes d'évolution du site (et donc de l'ecosystème qu'il fédère) ce serait une innovation en soi. Personnellement, je trouve que ça vaut la peine de le tenter.

Bref post pour indiquer que le 3/ indiqué par kerrubin avait bel et bien été envisagé (même plus, pratiquement formalisé), puis abandonné ... précisément pour les raisons évoquées par SFReader (coût et neutralité, surtout ce 2ème point en fait).

Pour le reste, on a là - et grâce à vos échanges - des débuts de propositions très intéressants. L'idée échangée sur twitter de tenter de faire venir + de contributeurs en s'appuyant sur les supports ad-hoc vaut la peine d'être développée je crois.

 

Portrait de kerrubin
Posts: 84

Pour le point 3, alors, en tranchant drastiquement dans le vif...
Uniquement mettre un système de vote avec avis.
C'est à dire que les gens pourraient mettre ce qu'ils ont aimés / pas aimés sur la plate forme partenaire.
Ca pourrait aussi leur permettre de s'améliorer (pour les plus petites, majoritairement, je pense).

 

En attendant, faudrait développer aussi l'offre. Parce que y a une série que j'attends depuis 2008 et que plus aucune équipe de fansub ne fait. Et c'est même pas envisageable de la trouver sur l'offre légale...

Portrait de Tris
Posts: 312

Hello,

j'ai lu tes idées, mais je veux bien des précisions sur les points suivants :

1/ explique-moi clairement ce que tu as dans la tête quand tu parles d'applications

2/ une sorte de "fiches produits" ?

3/ comment on la crée la vie du site ? Qu'est qui le rendrait dynamique ?

4/ d'accord mais concrètement ? Je ne suis pas sûre de le voir clairement

5/ je crois que ça rejoint une idée évoquée plus haut

6/ un peu comme ce que tu as fait ? Tu peux en faire d'autres ? :D

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Le 6 oui, mais pas avec PUR !

Portrait de Tris
Posts: 312

... avec quoi alors ?

Portrait de kerrubin
Posts: 84

 

Alors, pour le détail...

1. Le but d'exposer des données, c'est que les gens puissent se les approprier. Du coup, c'est eux qui vont les manipuler à leurs besoins, à leurs envies.
Et c'est là que naissent les applications : d'un besoin ou d'une envie.
Les applications peuvent être des applications que l'on retrouvera sur les smartphones, des widgets ou des services divers et variés sur des sites web...
Dès que les données sont exposées dans un format aisément exploitable, y a plein de gens qui vont vouloir les exploiter.

 

2. Oui, exactement. Des fiches produits, mais qui sont toujours de la même forme pour un même produit.
On peut avoir des éléments communs (titre,année de production, DRM et limitations d'usages...) mais des éléments spécifiques (réalisateur, chanteur, écrivain...).
Le fait que tous les partenaires fournissent un service qui produit un résultat ayant toujours la même forme (typiquement un flux XML, REST), ça veut dire qu'il sera possible très simplement de les exploiter.
Après, il faut voir les spécifications (c'est pour ça que je donnais l'exemple de wikipédia, les blocs sont pertinents).
Ca permettrait aussi de faire des plugins de recherche pour navigateur avec un seul et unique point d'entrée.
Le but subsidiaire, c'est que l'internaute lambda puisse aller sur le site PUR et faire une recherche dessus plutôt que sur google. Les résultats seront assurément légaux, ce qui donnerait une meilleure visibilité.

 

3. Il suffit qu'il y ai des éléments permettant une interaction avec les utilisateurs, les internautes.
Si c'est bien pensé et bien fait (comprendre accessible, entre autres), ça va pouvoir se peupler.
Et une fois une communauté créée, elle pourra faire vivre le contenu (ex: donner des notes/avis sur les partenaires, dire ce qu'il manque, ce qui est bien/mal fait...).
Exemple ici : un wiki, un forum, hop, le tour est joué et ça attire des gens.
Après, il faut bien voir les contraintes de neutralité. Si la plate forme doit être neutre ou si tout ce qui est écrit dessus doit l'être (y a des nuances à exploiter, sans doute).

 

4. Exemple simple : sur la page de présentation de chaque partenaire, il y a une synchronisation (ex: RSS ou comme le widget twitter sur le coté, ici, un agenda...) avec des éléments du site du partenaire. Du coup, le partenaire va administrer son site/compte twitter/élément comme il le fait habituellement, et ça sera dupliqué sur le site PUR.
C'est aussi simple que ça (enfin, à écrire ^^).
Ca permet au partenaire de ne pas avoir un gros effort à fournir (pas plus qu'habituellement), mais ça permet aussi de donner un peu de vie aux pages de présentation (si j'y vais aujourd'hui et demain, elle aura peut être changée entre temps, donc j'y retournerais un peu plus souvent).

 

5. Effectivement. Et c'est l'approche un peu plus poussée du 4.

 

6. C'est très con et vite fait comme truc ^^
Je pense qu'il serait utile de voir d'abord quels types de publics différents il faut toucher.
Après, voir quels types de supports utilisent les différents publics.
Par exemple, un bon geek qui se respecte utilise plus Internet et a des références spécifiques (ex de "You Have Cookies").
Alors qu'un bon père de famille regardera plus facillement la TV.
Donc, faire des campagnes différentes qui ciblent un public en particulier et sur le média utilisé par ce public.
Ca coûte sans doute plus cher, mais au final, l'impact sera beaucoup plus important.

Et puis, honnêtement, c'est plus amusant de voir une campagne de pub qui reprend les classiques du genre (ex : Volswagen), d'autant plus qu'entre la musique, le cinéma et les bouquins, y a quand même largement de quoi faire !

Note: c'est possible aussi de faire un concours, du style "Faites votre propre affiche, elle pourra être publiée et vous gagnez XXX" (remplacer XXX par un prix, du genre un album, un DVD...).

Ca sera moins cher et ça aura un double impact (avec JCVD) :D (sauf si les gens trollent dessus...)

Guillaume (non vérifié)
Portrait de Oreo

Voici quelques propositions :

1. Un site plus fréquemment réactualisé : deux des offres labellisées (musique) ont fermé depuis plusieurs mois. Problème déjà signalé via Twitter sans réaction.

2. De véritables fiches techniques sur les produits en streaming ou download, que parfois on ne trouve même pas ou difficilement sur les sites labellisés : format du fichier, qualités d'encodage proposées, profondeur exacte du catalogue, labels ou agrégateurs présents, etc. Le but étant d'offrir une vraie grille de lecture et de décryptage des différentes offres au-delà du discours commercial (« que vais-je véritablement trouver sur ce site ? »).

3. Comme ça a déjà été proposé mais dans une variante spéciale : la possibilité de tester la disponibilité d'un titre (musique ou film) depuis la fiche de l'offre labellisée sur PUR.fr (non pas pour faire un comparateur de prix car il en existe déjà un pour la musique mais simplement pour éprouver de manière impartiale l'offre proposée).

4. Ne pas non plus labelliser n'importe quoi pour faire du volume, comme ce site http://avcvk.com

5. Toujours dans un souci de transparence, ouvrir le site aux commentaires et permettre de noter les offres sur différents critères : richesse de l'offre, prix, service, facilité d'utilisation, etc.

6. Faire remonter l'actualité de ces sites (nouveautés, offres spéciales, etc.) sur le site PUR.fr.

Portrait de Tris
Posts: 312

Hello, merci d'avoir commenté :)

je rebondis sur ton point 4 : qu'est qui ne te plaît pas ?

Portrait de deckarudo
Posts: 2

Depuis quand le label PUR couvre aussi la vente de t-shirts ? :-)

Plus sérieusement, il ne s'agit pas d'un site mais d'une page promotionnelle très mal faite à tout point de vue et qui ne fait que pointer vers des ressources externes (Fnac, YouTube, iTunes Store, vente de t-shirt, etc.).

Donc je me demande objectivement ce que cette page promotionnelle fait dans la liste des offres labellisés ? Quel en est l'intérêt ? Est-ce que tous les sites d'artistes seront un jour labellisés ? N'est-ce pas plutôt du ressort d'un annuaire ?

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Bien vu deckarudo, Effectivement, puisqu'il n'y a pas de vente ni téléchargement sur le site, on ne peut pas franchement parler d'offre légale... si ? 

Portrait de Tris
Posts: 312

Donc des points à éclaircir si je comprend bien ? :)

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Oui, peut-etre préciser les conditions "d'acquisition"  du label...

 

Je sais bien que vous "recrutez", mais oui, la qualité du recrutement doit être un critère aussi...

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

C'est quoi n'importe quoi ? quels critères objectifs proposes-tu ? 

Je pense qu'il faut éliminer le plus possible l'arbitraire des critères, ne serait-ce que justement pouvoir donner leur chance aux alternatives émergentes. 

Le but du label n'est pas il me semble de promouvoir la qualité, mais la légalité. Idéalement, c'est la même chose, mais il ne faut pas se voiler la face...

L'approche label qualité est celle proposée par dwarf_power, mais ce n'est pas ce but qui est fixé au label par la loi.

Portrait de deckarudo
Posts: 2

Dans mon esprit, le label PUR est là pour promouvoir les offres légales d'accès à la musique, à la VOD, etc. et non pas fournir un outil promotionnel d'un label ou d'un artiste (ce qu'est exactement cette page).

Ce qui veut dire qu'il doit avant tout s'agir d'une offre d'accès (payante, financée par la publicité, peu importe) à un catalogue un tant soit peu étoffé. Le label PUR doit être à mon sens un label de qualité et ne doit pas hésiter à exclure certains postulants au risque de proposer au grand public, déjà un peu perdu, un annuaire de sites ayant pour thématique la musique ou les films.

Je reprends une phrase extraite du site PUR.fr : « PUR aide les internautes à identifier les plateformes proposant des offres en ligne respectueuses des droits des créateurs (films, titres musicaux, jeux vidéo, livres numériques, etc.) ».

Oreo (non vérifié)
Portrait de Oreo

Le but du label n'est pas il me semble de promouvoir la qualité, mais la légalité. Idéalement, c'est la même chose, mais il ne faut pas se voiler la face...

L'approche label qualité est celle proposée par dwarf_power, mais ce n'est pas ce but qui est fixé au label par la loi.

Si on dit que la qualité réside dans la légalité ? ça marcherait ? D'ailleurs c'est bien une qualité de l'offre légale, la légalité... non? :)

 

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Ca faut voire avec les renards et les juristes ... Je ne suis pas assez finaud pour ça ;)

 

Et puis tant qu'à parler de label sur les offres, il manque un label "culture équitable" où les artistes (tous) sont rémunérés correctement...

Portrait de dwarf_power
Posts: 112

Je sais c'est long et verbeux mais....

Les objectifs de la loi sont de valoriser l'offre légale en mettant en place un label pour les services de communication au public en ligne afin d'identifier les offres légale. Au delà, une mission plus générale d'encouragement du développement de l'offre légal est définie.

 

Le décret d'application portant création du label et de ses modalités de fonctionnement crée uniquement un tag permettant d'identifier les plateformes ayant certifié qu'elles étaient légales, et pour lesquelles aucune objection n'a été dressée.

 

Un référencement des sites labélisés, et non des œuvres, et également prévu par la loi.

 

Je pars du postulat que le Label PUR objet de la question a pour vocation non pas l'application de la loi, mais la promotion des plateformes légales.

Je préfère également ne pas rester dans le cadre du décret tant il me parait restreignant. Le label, tel que définit, ne crée pas d'engagement de la part des sites labélisés autre qu'offrir légalement, c'est à dire avec le consentement des ayant droits lorsqu'il est nécessaire, les œuvres déclarées dans la demande. En retour il ne leur procure pas d'avantage autre que le référencement sur le site de l'administration, la visibilité du label sur leur site et le bénéfice indirect des actions de promotion engagées.

 

Il me semble que la promotion des offres légales passe par deux points:

- l'amélioration de la qualité (au moins perçue) des offres

- l'accroissement de la visibilité de celle-ci.

 

En l'état, l'écosystème PUR n'agit sur le premier point que par une action de promotion, réduite, et dont la qualité a été critiquée. Concernant le second point, les restrictions du cadre d'action imposées par le décret, ainsi que les limites budgétaires ne me paraissent pas à même de répondre aux objectifs.

 

Etant donné la visibilité des plateformes commerciales de premier plan, l'obtention d'une visibilité équivalente par la plateforme publique PUR me parait intenable. Toute visibilité sensiblement plus faible me parait également incompatible avec la mission donnée. La possibilité d'action qui me semble la plus rentable est une action indirecte sur les acteurs en place.

 

Concernant l'amélioration de la qualité de service

 

Les points cruciaux et objectifs focalisant l'attention aujourd'hui sont l'étendue des catalogues, les caractéristiques techniques des flux/fichiers, les restrictions d'utilisation. (nb de titres/débits, codecs/DRM pour faire court).

 

Un premier point permettant d'améliorer progressivement la qualité sur ces points, et le ressenti par les utilisateurs serait déjà d'en accroitre la visibilité. Les sites communiquent très peu sur les catalogues disponibles. Encore moins sur les caractéristiques techniques, et semblent chercher à cacher les modalités de DRM utilisés. Hadopi, et son bras PUR, pourrait, si le cadre règlementaire le leur permettait, agir sur la visibilité des ces points par le cadre contractuel entourant la délivrance des labels. Un engagement des plateformes à fournir de manière visible peut être prévu (au sens esprit du code de la conso, c'est à dire directement disponible à l'utilisateur, au même titre que le prix, et non caché au fin fond des conditions générales de vente). Hadopi/PUR pourrait fixer le descriptif des informations à fournir (ce que j'ai appelé dans une autre intervention une fiche type Arcep). Plusieurs catégories de label pourraient aussi être prévues pour différencier les niveaux de "qualité" des offres : Lossless, DRM-free, autres.

 

Concernant la visibilité des offres.

 

PUR ne parviendra jamais à offrir une visibilité importante par manque de moyens. Par contre, Hadopi/PUR pourrait créer un écosystème favorable à l'émergence d'aggrégateurs ou de référenceurs qui pourraient avoir une visibilité décuplée.

 

Pour ce faire j’étendrais la labellisation aux plateformes de référencement. L'idée serait de leur offrir l'accès au catalogue de tous les sites labélisés afin qu'ils les rendent visibles. Pour ce faire Il pourrait y avoir une action en trois points:

. La création d'un référentiel technique auquel adhéreraient tous les acteurs, fournisseurs de services et référenceurs. Sur la base de web services, d'API SOAP, ou autre

. Les fournisseurs de service permettraient aux aggrégateurs/référenceurs d'indexé toute l'offre labélisée et de la présenter aux utilisateurs en exposant ses web services/apis...

. Les aggrégateurs/référenceurs s'engageraient à indexer les offres légales, sans biais dans les recherches. Liber à eux de rivaliser d'ingéniosité pour offrir les meilleurs services aux utilisateurs pour se différencier.

 

Pour se faire, il faudrait que le cadre contractuel de la labellisation des fournisseurs et des aggrégateurs  prévoie ces engagements de leur part. Il faudrait aussi que soit définis les caractéristiques des services et des modèles de données associés.

 

Cadre règlementaire

 

Bien entendu pour mettre tout ceci en place il faut changer le cadre de labellisation. Cela nécessiterait une modification du décret existant. Il doit être possible de le faire sans, mais dans ce cas, ces action se passerait en parallèle de la labellisation et non en son sein.

 

Et le site PUR dans tout cela ?

Il n'aurait plus de raison de s'adresser au public. Il deviendrait au contraire une plateforme destinée aux acteurs de l'écosystème mis en place. Il pourrait bien sûr continuer à pointer vers les différentes solutions labélisée, mais de toute manière je ne pense pas que cela aie un quelconque effet (je peux me tromper alexa n'est pas la vérité)

 

En résumer:

Différents niveau de label pour les fournisseurs de contenus

Un label pour les aggrégateurs/référenceurs

Un référentiel technique web service/API

Des engagements contractuels des labélisés

Un accompagnement de Hadopi/PUR, un peu de promo, mais globalement moins tourné vers le public et plus vers l'écosystème

Une modification règlementaire pour donner un cadre à tout cela

 

Relisant les interventions que j'avais faites jusqu'alors je me suis rendu compte que ce que j'avais dit n'était pas très clair, j'ai donc voulu préciser ce que j'avais en tête. Il s'agit bien sûr d'une vision personnelle, mais il me semble que c'est une approche digne d'intérêt. J’ai lu ici des choses qui se rapprochent de certains de ces points, et j'ai essayé de prendre en compte les remarques faites sur le cadre légal et contractuel existant.

Portrait de TheSFReader
Posts: 215

Juste un "report" d"une idée postée par un commentateur sur Numerama (j'ai le droit de faire ça ?):

Flob a dit : (le 28/03/2012 - 11:46)

 

Mais ca serait bien à "forcer" les AD à respecter le consommateur : Pas de clip disant "télécharger c'est mal" quand tu achetes un dvd/BR (aka, ne pas présumer un client comme un pirate). Donner la possiblité de voir des films sur le pc pas seulement avec windows/WMP. Une copie privée plus équitable. 

 

Avoir un label "Offres Légales" (PUR ca fait trop zeuns), qui a plusieurs niveaux (suivant l'éffort que fait le site pour améliorer l'offre légales sur internet, (ne pas placer sur un meme niveau une grande enseigne et un site de musiciens indépandants (genre ceux avec libre participation), par exemple).

 

Portrait de Tris
Posts: 312

Si tu trouves des choses qui te semblent intéressantes, pourquoi pas :)

Oreo (non vérifié)
Portrait de Oreo

Avoir un label "Offres Légales" (PUR ca fait trop zeuns), qui a plusieurs niveaux (suivant l'éffort que fait le site pour améliorer l'offre légales sur internet, (ne pas placer sur un meme niveau une grande enseigne et un site de musiciens indépandants (genre ceux avec libre participation), par exemple).

Autant je suis plutôt d'accord avec ce qui a été dit, autant je ne suis pas du tout d'accord pour ce genre de discrimination :).

 

L'idée du lecteur de numerama, ça concerne surtout l'offre légale / le support plutôt que le site PUR ? Mais si on élargit le débat à ce niveau, alors je suis d'accord. Personnellement, quand je lance mon DVD, je veux tomber sur le menu. Pas sur 200 bandes annonces (acceléré généralement impossible), puis des messages anti-contrefaçon. A la limite, afficher un Carton "Offre légale", puis un carton anti-contrefaçon qui s'affiche avec l'article du CPI me paraitrait raisonnable et proportionné.

Temp (non vérifié)
Portrait de Oreo

Bonjour,

 

Je n'ai pas tout lu, mais je pense que si je répète des choses, ça prouvera qu'on est plusieurs à attendre telle ou telle évolution.

 

1) Je pense que changer l'acronyme "P.U.R." est indispensable pour attirer la sympathie des internautes et des fournisseurs d'offres légales. (Certains doivent avoir tellement honte de ce logo qu'il le cache... Je ne le vois pas sur le site Jamendo par exemple...)

 

2) Pouvoir réutiliser les données (fournies en standards ouverts) pour que n'importe qui puissent créer des programmes libres enrichissant la diffusion de l'offre légale.

 

3) La possibilité de chercher une œuvre directement sur le site (PUR) me semble incontournable ! Disponibilité, comparaison des offres... Là, on aura un vrai service utile !

 

4) Je ne vois pas de WebRadio référencées (En fait, si, mais je veux dire référencées en tant que radio en ligne). Je trouve que ce serait un +.

 

5) Un seul ascensceur pour filtrer !!! Et si je cherche de la musique gratuite, sans inscription, sans annonce publicitaire voire libre... Je dois regarder les fiches de présentation de chaque plateforme !!? Pour l'instant, ça peut aller, mais autant prévoir qu'il y aura une importante base de donnée (j'espère que vous êtes sur PostgreSQL et pas MySQL à ce sujet, sinon bon courage pour la migration le jour où le site sera trop lent !)

 

6) Pensez aux internautes bas débit ! Je suis à 11Méga descendants et lors de la première visite, le site a du mal à afficher le fond froissé, le logo, la bande bleue du haut, l'image pour les mal-voyants, etc. (Je ne pense pas qu'Orange bride la connexion vers votre site quand même ! XD)

 

7) Accessibilité : Pour les mal-voyants, les nuances de gris, c'est bien... Mais est-ce suffisant ? Pas d'audio ? Vous êtes-vous rapprochés d'associations telles que Braillenet ?

 

8) Le site manque cruellement d'un moteur de recherche ! Pourquoi ne pas se baser sur un projet libre (tel que Seeks par exemple) ?

 

9) Je plussoie l'idée des flux (RSS, RSS2, ATOM...)

 

Je termine sur une note positive : merci, j'apprécie le bouton "partager" qui regroupe énormément de "lieux" de partage et pas seulement les plus populaires.

Temp (non vérifié)
Portrait de Oreo

Je ne peux pas répondre à mon précédent message car il n'est encore publié.

 

a) Je ne trouve pas d'offres de livres (Framabooks, Wikibooks, Atramenta, En Vente Libre...) ni de journaux en ligne (Owni, Slate, Le Monde, Atlantico, écrans, Framablog...)

 

b) Le module complémentaire pour intégrer le futur moteur de recherche sera-t-il sous licence libre ? (une aide pour choisir : http://www.framabook.org/docs/optionlibre/OptionlibreDubonusagedeslicenc...)

 

c) Est-ce normal de voir "done" (= "fait") sous chaque résumé lorsqu'on n'est plus sur l'accueil ? (en filtrant ou en cliquant sur un tag)

 

d) Ce serait bien pratique un petit tableau identique sur chaque présentation de plateforme ! Ce serait encore plus pratique si il est visible dans le cadre du résumé (avec des icônes + infobules si ça prend trop de place). Les éléments du tableau constitueraient les différents filtres (ou inversement)...

 

e) La feuille de style du site (CSS) est-elle optimisée pour l'affichage sur Ordiphones, tablettes, etc. ? (cf : Media Queries) (quelques exemples : http://mediaqueri.es/)

 

f) Signaler rapidement un contenu inaproprié ou obsolète... Il manque un bouton ! (Quelque chose un peu comme sur le forum "Comment ça marche ?" lorsqu'on signale un contenu hors charte)

 

g) Le tag "Mp3" me saute aux yeux, mais rien pour "Ogg" (Vorbis voire FLAC)...

Portrait de kamui
Posts: 21

Pardon si mon message est hors-sujet ou s'il a été dit, il ne me semble pas.

Qu'il y ait un moteur de recherche ou un catalogue de plate-formes, comme en ce moment, j'aimerais qu'il y ait les critères d'accès aux contenus, éventuellement sous forme de pictogrammes "no drm", le manchot pour linux, la pomme pour mac, la fenêtre pour windows (reférence à http://pur.fr/plateformes/every-games "plus de 250 jeux pour PC" je parie que ces jeux ne sont pas pour GNU/Linux, Solaris ou BSD, ni même Mac OS !), idem pour les appareils mobiles (smartphones, tablettes) si besoin, les formats (ogg, mp3, flac→lossless, h264, webm, flash (pouah), silverlight (pouaah), epub, ebook amazon, autres formats d'ebook…)

Quimua (non vérifié)
Portrait de Oreo

@Kamui : Oui le moteur de recherche a déjà été demandé et reporté dans le wiki. Cependant, tu ajoutes de l'importance à cette requête en en parlant à nouveau. (comme un +1) :D

 

Pour les jeux, je suis entièrement d'accord avec toi ! Même + : jeux gratuits ou payants ? Avec ou sans inscription ? Avec ou sans installation ? Quelle(s) licence(s) ?

 

Et... tu as oublié le SVG (c'est pas "pouah", ça !) ? :D

Portrait de kamui
Posts: 21

Nan le svg est un format ouvert donc pas Pouah mais Yessss ! (je savais pas qu'on pouvait faire des jeux en svg !)

J'ai pris les jeux en exemple mais pour tous les contenus ce serait pareil, sur beezik ya des mp3 mais aussi des wma drmisés, sous Linux ça marche pas. Quant à la VOD, c'est pas demain la veille qu'on aura un .avi ou .mp4 d'un film dispo légalement au lieu d'un flash/silverlight. Flash fait monter le cpu sous Linux et ne sera plus mis à jour sauf pour Chrome. Silverlight c'est m$ only.

Portrait de kerrubin
Posts: 84

Kamui, je m'élève contre ce que tu viens de dire !!! ^^

Silverlight a été porté sur Unix : Moonlight.
De plus (je ne sais pas si c'est toujours d'actualité), mais pour lire des vidéos au format silverlight sur mac, Microsoft passait par ses serveurs pour les recompresser à la volée en mp4.

Et pour les jeux, le HTML5 permet d'en faire (cut the rope, attention, addictif).

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.